jeudi 9 décembre 2010

La tribune de novembre 2010 de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble"

Démocratie : service minimum

Dans beaucoup de communes, l’élaboration du Plan Local de l’Urbanisme (PLU) est l’occasion pour la municipalité de proposer sa vision de la ville pour les 20 prochaines années. C’est aussi l’occasion de consulter les habitants, de les écouter, de susciter une réflexion prospective. Enfin, c’est l’opportunité de débattre politiquement de sujets importants : logements, déplacements, mixité sociale, équipements, environnement, place des entreprises dans la ville…

A Montigny, avec pour seul refrain «Nous n’avons pas changé la vision que nous avons de la ville», réaffirmé par le Maire lors des réunions publiques et dans l’enceinte du Conseil Municipal, le PLU s’inscrit sans surprise dans la continuité de l’urbanisme de la «Ville Nouvelle» hérité des années 70… à l’époque visionnaire, aujourd’hui complètement dépassé.
Le résultat est un document technocratique, la traduction en langage PLU de l’ancien POS (Plan d’Occupation des Sols), avec pour seule ambition politique la construction du vélodrome, archétype du projet anachronique et sans rapport avec les besoins des habitants.

Mais au-delà de son objet et de son contenu, le processus d’élaboration du PLU pose la question de l’exercice de la démocratie.
Pour ce qui concerne la démocratie participative, service minimum.
La faible implication des habitants (110 personnes présentes lors des réunions, 40 contributions recueillies lors de l’enquête publique) n’est que le reflet de l’attitude timorée de la municipalité : 2 réunions publiques organisées, quelques articles dans l’Ignymontain.

Au niveau de la démocratie représentative municipale… absence totale de débat :
Seul notre groupe s’est exprimé pour affirmer ses positions. Lors de la séance de vote, le Maire s’est contenté de répondre à notre argumentation sans déclaration politique préalable. Aucun conseiller municipal n’a montré d’intérêt en prenant position pour tel ou tel aspect du document …

Et au Conseil d’agglomération ?
Montigny faisant partie de la CA, le PLU a été soumis au Conseil d’Agglomération. Entériné rapidement à l’unanimité de l’assemblée comme une délibération sans importance, il n’a fait l’objet d’aucun débat. Les équilibres sont tels que la vision politique s’estompe au bénéfice d’un statu quo courtois. Chaque maire étant souverain dans son village, l’exécutif de l’agglomération se contente d’être le garant de l’intérêt général et de s’assurer que les PLU des 7 communes ne se contredisent pas entre eux du point de vue technique.
La démocratie et la politique, qui devraient permettre aux élus de prendre des décisions éclairées répondant aux enjeux de ce siècle, qui pourraient offrir une vision globale communautaire de l’urbanisme, ont été sacrifiées sur l’autel d’une cohabitation sans âme et sans projet.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire