samedi 29 janvier 2011

La tribune de janvier 2011 de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble"

Le 13 décembre, en Conseil municipal nous avons voté contre le budget présenté par la municipalité.  Il ne s’agit pas, comme certains sur les bancs de la majorité se complaisent à le dire d’une posture, d’une opposition sterile mais bien une décision réfléchie,  d’un vote que nous avons expliqué et argumenté. Dommage que cet effort  pour faire vivre le débat  et défendre un autre projet budgétaire,  soit systématiquement reçu avec mépris.
Nous n’avons donc  pas voté ce budget parce que nous ne nous reconnaissons pas sur plusieurs hypothèses faites et que les priorités choisies ne nous paraissent pas pertinentes.
Quelques exemples  :
Concernant les  recettes  nous attendions un minimum de commentaires et d’analyse objective de la situation  il n’en fut rien. Pourtant, comment passer sous silence  le fait que la dotation de l’Etat continue à décroitre  ? Cela traduit deux phénomènes  : l’Etat assume chaque année un peu moins son rôle alors qu’il continue de transférer des charges. De plus,  la population  de notre ville continue à diminuer (35824  habitants en 2005 – aujourd’hui 34682, soit une perte de plus de 1000 habitants  !)
Nous commençons à  payer cher   le choix d’une ville vieillissante et ayant  la volonté dene plus grandir.
Dans le même temps  les dotations de la CA se maintiennent même si  le discours d’une commune moins bien traitée qu’elle ne  le devrait par l’agglomération,  continue d’être portée par la majorité ignymontaine. En tout état de cause, il serait contraire à l’objectif  recherché par la Cour régionale des comptes que d’imaginer une redistribution aux communes  plus importante sur la section de fonctionnement,  car c’est bien aux communes de financer leur fonctionnement. Quant à l’investissement, une part importe des investissements de la CASQY se fait par le recours à l’emprunt – le transfert voulu par la cour des comptes implique que c’est  maintenant aux communes de s’endetter pour financer leurs investissements locaux.
Concernant les dépenses, la volonté affichée d’orienter à la baisse les dépenses de personnel ne peut que se traduire dans des diminutions des services de la commune envers les habitants, malgré les allégations contraires de la majorité.  La forte diminution  des budgets concernant les personnels  non titulaires et précaires est particulièrement préoccupante quand on sait la place essentielle que ces personnels jouent  dans de nombreux secteurs  : petite enfance,  périscolaire, enseignement culturel,  formation ….  Comment croire  que la mutualisation  seule permettra de combler les suppressions d’heures et de postes  et de maintenir les services à la population?  De plus, quelles conséquences  cette politique budgétaire aura t’elle sur les conditions de travail du personnel ? Il y a de quoi être inquiet.
Autre exemple, c’est bien évidemment  la mort dans l’âme que nous avons voté contre les budgets de subventions  aux associations  : Des budgets faibles et à la baisse, répartis de manière incongrue,  des associations à caractère social oubliées, une valeur du point qui sert de base à l’attribution aux subventions culturelles à la baisse… La liste est longue qui justifie notre refus de cautionner plus longtemps ce traitement inacceptable de nos associations, de leurs bénévoles et de leurs membres.

Mais au delà de ces  différents exemples,  la seule absence d’une véritable ambition  pour notre ville pouvait justifier notre vote contre. Nous profitons de  cette tribune pour souhaiter à toutes et tous, de belles fêtes de fin d’année et une  bonne et heureuse année 2011.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire