jeudi 31 mars 2011

La tribune d'avril 2011 de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble"

A l'occasion du conseil municipal du 14 mars, nous avons posé au maire la question suivante, concernant le lycée Emilie de Breteuil.

"Depuis plusieurs années, les filières technologiques et professionnelles des lycées sont confrontées à des réformes successives, la dernière en date s’appliquera à la rentrée et pose un certain nombre de problèmes. Le lycée Emilie de Breteuil de Montigny le Bretonneux est touché de plein fouet : fermeture de la section STI microtechnique et refus du Rectorat de transformer ce bac STI microtechnique en bac technique STI2D ITEC, fermeture du BTS CIM.

C’est l’identité même de ce lycée et ce qui a construit sa réputation d’excellence qui sont en jeu et, au delà des filières techniques, l’attractivité même de l’établissement qui est posée. Dans ce contexte, la baisse d’effectifs pour la rentrée 2011, plus marquée ici qu’ailleurs, nous inquiète.

Nous dénonçons de notre côté ces réformes du lycée, nécessaires pour certaines, mais toujours menées en dépit du bon sens, sans concertation, sans anticipation, sans formation des enseignants, devant lesquelles la communauté éducative, les parents d’élèves et les collectivités locales sont placés. La Région a, par exemple, financé du matériel à Emilie de Breteuil, des machines qui ne seront plus utilisées mais sera sollicitée prochainement pour financer l’équipement d’autres établissements de l’agglomération. 
Quelle gabegie ! Certes, ces décisions gouvernementales s’imposent à nous et nous n’avons que peu de prises sur elles cependant nous ne pouvons que vous inciter à signer la pétition nationale qui circule contre cette réforme de la série STI et la manière dont elle est mise en œuvre.

De plus, comme élus locaux, tous attachés au devenir du lycée Emilie de Breteuil - nous ne doutons pas que ce soit aussi votre cas, Monsieur le Maire - nous pouvons et devons tout mettre en œuvre pour obtenir, pour notre lycée, des compensations auprès du rectorat tant en terme de moyens que d’offres de formations. Des demandes concrètes existent (en particulier sur une autre répartition de l’offre de formation entre les établissements du bassin de Saint Quentin), elles ont été formulées par les équipes enseignantes et les fédérations de parents d’élèves qui sont prêts à vous les exposer. Êtes-vous prêt, Monsieur le Maire, à relayer ces demandes et les défendre auprès du Rectorat et du Ministère ?"
La réponse apportée a insisté longuement sur l'implication de la municipalité dans le domaine scolaire: écoles primaires, collèges et lycées. A vrai dire, ce n'est pas ce que nous avons pu constater en particulier au moment des fermetures du collège Bergson et de l'école Samain... En conclusion il a été annoncé que cette municipalité est prête à recevoir une délégation qui accompagnerait Mme le Proviseur.
Il est peu dire que nous n'avons été ni rassurés ni satisfaits par cette réponse très généraliste: l'écoute, le soutien attendus ne sont pas au rendez vous!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire