jeudi 3 mars 2011

La tribune de mars 2011 de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble"

A l’heure des premiers bilans de mi mandat, la municipalité organise des réunions d’informations par quartier. L’exercice est nécessaire et plutôt sain puisqu’il est sensé permettre l’échange direct entre ceux qui assument un mandat en responsabilité et les administrés qui les ont élus. 



Malheureusement, c’est aussi un exercice très convenu et rapidement sans intérêt lorsqu’il tourne à l’autopromotion et l’autosatisfaction. Les premières annonces, au moment des vœux, nous laissent craindre le pire…. Ainsi à mi mandat, 80% des engagements de campagne seraient déjà réalisés…. Vraiment ? Pour mémoire rappelons que dans les réalisations en question, figurent des projets tels que la construction des bâtiments de la faculté de médecine et le vélodrome dont on comprend que l’on puisse se réjouir de l’avancement, mais qui ne sont pas du ressort de l’action municipale…

Sur d’autres sujets où en est-on ? Un exemple, la maison de retraite à Montigny en lieu et place de l’hôtel d’agglomération ? On nous annonce que le projet est bouclé ! Mais quel projet, quel financement ? Nous n’avons eu, comme élus, aucune information sur la nature du projet, il serait temps, au delà des effets d’annonce, que ces éléments soient mis au débat. Sur bien d’autres thèmes nous demandons que cet exercice de transparence soit réalisé, que soient évaluées les politiques engagées, pour certaines d’ailleurs bien avant le début de ce mandat, afin de tirer les enseignements sur leur efficacité. Quel bilan pour la vidéo surveillance, pour les actions menées au club de l’amitié pour les personnes âgées, dans les écoles de théâtre et de musique, dans les salles de spectacle du Manet et Jacques Brel ?quel bilan pour les associations Montigny Patrimoine, la DIRE, pour la politique patrimoniale ? La liste n’est pas exhaustive. Puisque nos demandes ne trouvent pas de réponses dans les conseils municipaux, nous essaierons, dans les réunions de quartiers, cependant sans illusions. 

Inquiétude forte au lycée de Breteuil. Depuis des semaines enseignants et parents d’élèves sont mobilisés et nous alertent sur la suppression de filières dans ce lycée. Comme toutes les réformes menées ces derniers temps dans l’Education Nationale, celle des filières STI l’a été en dépit du bon sens, sans concertation, sans préparation, motivée par des logiques de suppression de postes et de soi-disant économies budgétaires. Ces politiques conduisent même à mettre en concurrence les établissements entre eux sur un même territoire et fragilisent aujourd’hui tout le système scolaire. 

Mais la situation du lycée de Breteuil est particulière et nous inquiète. Depuis 6 ans, le lycée a déjà vécu beaucoup des pertes d’options. Conçu pour plus de 1000 élèves, ce lycée est organisé de manière complémentaire autour de l’enseignement général et technologique. Aujourd’hui la filière technologique est déstabilisée, menacée et par ricochet la filière générale peut l’être aussi. Les promesses faites, par exemple, d’ouverture de nouvelles filières suite à la fermeture du BEP électronique, n’ont pas été honorées. Réduire les formations au lycée Emilie de Breteuil, c’est diminuer l’offre et donc diminuer l’attractivité de ce lycée qui possède pourtant de nombreux atouts (accessibilité, centre ville, qualité des équipes pédagogiques). Nous demandons qu’une concertation avec tous les acteurs concernés soient engagée pour réfléchir sereinement à l’avenir de cet établissement mais plus généralement à l’offre de formation et à la complémentarité de cette offre sur l’ensemble de notre bassin éducatif. C’est bien le moins, dans un secteur qui a déjà connu la fermeture d’un collège.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire