vendredi 1 juillet 2011

La tribune de juillet 2011 de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble"

Conseiller de quartier : apprendre la patience
 
Bilan à mi-mandat
 
A mi-mandat, il est toujours intéressant de dresser un premier bilan, c’est ce que nous avons fait avec quelques conseillers de quartier interrogés. Tous ont bien compris que le conseil de quartier est une instance de concertation qui n’a pas vocation à se substituer au conseil municipal, seule instance décisionnelle, élue au suffrage universel, et à l’exécutif de la commune (municipalité composée du Maire et de ses adjoints).
Cela posé, les conseillers de quartier sont en droit d’attendre une attention aux idées qu’ils émettent et un dialogue avec la municipalité.
Force est de constater que c’est rarement le cas. Bien souvent, le travail réalisé et les idées émises sont laissés une longue période sans réponse jusqu’à un retour sous forme d’un projet ficelé par les services municipaux où ils ne retrouvent pas toute la richesse de leur apport. Parfois, ils découvrent que des demandes, exprimées directement au Maire par des Ignymontains ne représentant que leurs intérêts, trouvent davantage d’écoute que leurs avis qui ont pourtant fait l’objet d’un travail de réflexion, de débat et d’une décision votée.
 

Quelques exemples

Sur le quartier Saint Quentin, on peut citer le peu de retour à la proposition d’aménagement de « l’enclos Mansart ». Il a fallu plus d’un an et la menace de démission du conseiller porteur du projet pour obtenir un retour le mois dernier par la municipalité. La prise à contre pied de l’avis du conseil sur la sécurisation du pourtour du square du Petit Prince constitue un 2ème exemple. Alors que le conseil avait émis un avis négatif sur la pose de barrières, la municipalité, à la suite d’une réunion publique avec le Maire au cours de laquelle une personne avait émis cette demande, décide la pose de barrières.
Au Village il est question de rénover le parc de jeux du Poirier Saint Martin. Un groupe de conseillers de quartier, très motivés, s’attelle à la tâche. Un questionnaire est distribué dans toutes les boîtes aux lettres, et avec l'accord des institutrices des écoles lors de la kermesse pour toucher le maximum de familles. Beaucoup de réponses et d'idées sont reçues pour cette rénovation qui touche surtout les enfants. Un gros travail de dépouillement est organisé et, sur cette base, le groupe prépare un dossier avec photos et argumentaire. L’élu en charge du projet vient finalement présenter un projet bouclé sans prise en compte du travail réalisé. Déception chez les conseillers : tout cet investissement pour rien ?
 
La ténacité des Conseillers de quartier
 
Un autre travers constaté, c’est la fâcheuse tendance de certains présidents (ils sont désignés par le Maire parmi les conseillers municipaux de sa majorité) à considérer que les conseillers de quartier sont les courroies de transmission de la municipalité. Ainsi, certains n’hésitent pas à exhorter « leurs conseillers » à « porter la bonne parole » dans la population. A ce stade, nous considérons que la ligne blanche est franchie et nous contestons vivement cette vision opposée à notre vision de la démocratie participative.
Dans ce contexte pas toujours facile, nous tenons à souligner et à saluer la volonté tenace des Ignymontains qui prennent leur rôle d’élus de quartier au sérieux et cherchent avec patience, à faire progresser les projets collectifs de proximité.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire