mardi 28 février 2012

Budget municipal 2012

Le 12 décembre 2011 le conseil municipal de Montigny le Bretonneux a adopté le budget primitif de l'année 2012. Temps fort de la vie d'une collectivité, le vote du budget traduit une volonté politique.

Autosatisfaction du Maire
Comme tous les ans, nous avons eu droit à une séance d'autosatisfaction du maire sur sa gestion rigoureuse,  l'absence  de  dette,  la  fiscalité  qui n'augmente pas etc. tout cela malgré la crise, sans oublier les critiques envers la Communauté d'Agglomération  (dont  il  semble  oublier  qu'il  en  est un des vice-présidents) ou le fonds de solidarité régionale.

S'il est vrai que l'on n'est jamais si bien servi que par soi-même, cela ne doit pas empêcher les Ignymontains de garder les yeux ouverts et d'examiner les (in)cohérences.

Examinons quelques points :
La  dette  de  Montigny  est  effectivement  faible.

Mais il ne faut pas oublier que les investissements lourds sont réalisés depuis la création de l'ex « ville  nouvelle  »  par  la  Communauté  d'Agglomération. Donc pour être cohérent, il faudrait ajouter la part ignymontaine de la dette de la CA, ce qui atténuerait sérieusement la réalité des propos tenus par le maire.

La  fiscalité  est  calculée  en  multipliant  les  bases (fixées par l’État) et les taux (fixés par le Conseil Municipal). Et si le conseil a voté un taux identique à celui de l'an passé cela ne signifie pas que l'impôt n'augmentera pas. Il augmentera dans la même proportion que les bases. D'ailleurs, le maire a bien prévu une augmentation des recettes de la fiscalité directe de 3,53%.

La Communauté d'Agglomération (à majorité de gauche) apportera, en 2012, au budget de Montigny  une  dotation  en  augmentation  de  plus  de 7,5%. Merci qui ? Pendant ce temps, la dotation de l’État, dirigé par les amis politiques du maire, diminuera de 5,2%.

Le  fonds  de  solidarité  régionale,  auquel  la  ville contribue, est destiné à corriger les inégalités de potentiel fiscal entre les communes « aisées » et celles qui le sont moins. Mais le maire de Montigny semble peu porté à la solidarité, dont il a une conception  très  particulière.  Il  préférerait  peut-être  transformer  notre  commune  en  Neuilly  le Bretonneux !

Les tarifs des services municipaux, bonne nouvelle quand même, n'augmenteront pas… enfin, pas avant le mois de septembre.

La «crise»
Quand il évoque la partie « recettes » du budget municipal, comment le maire de Montigny peut-il passer sous silence les choix catastrophiques du gouvernement ? Mettre en place une politique de «  rigueur  »  pénalise  l’ensemble  des  collectivités locales en diminuant les dotations qui leur sont versées.  Cette  stratégie  d’appauvrissement  des collectivités  n’a  d’autre  effet  que  d’accentuer  la récession, de creuser la dette publique et d’aggraver les injustices. 

Pour  nos  concitoyens,  les  difficultés  sont  pourtant chaque jour plus prégnantes et la vie est de plus en plus dure. Cette politique les fragilise.

Cette réalité, c’est aussi celle de nombreux Ignymontains !

2012 sous le signe du changement
Nous profitons de ce premier numéro de l’année pour  souhaiter  à  chacune  et  chacun  une  année riche de découvertes, de rencontres et de changements. En cette année de renouvellement de nos représentants politiques (présidentielle et législatives),  nous  souhaitons  que  les  femmes  et  les hommes qui seront élu(e)s soient à l’écoute des besoins de la population et qu’ils prennent les décisions qui permettront de transformer la société pour tenir compte des enjeux sociaux et environnementaux.


[La tribune de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble" parue dans le numéro de janvier 2012 de l'Ignymontain]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire