samedi 1 septembre 2012

Twizy or not Twizy ?

Après en avoir différé l'annonce de plusieurs mois pour cause électorale, PSA vient de rendre publique son dramatique plan de licenciement. Nous assurons les travailleur(euse)s de notre solidarité et nous serons, s'ils le souhaitent à leur côté dans les manifestations organisées par leurs syndicats, pour la défense de leur emploi. 

L'industrie automobile marque notablement notre département. Premier employeur des Yvelines, directement et avec de nombreux sous-traitants. 

A Saint-Quentin, avec la présence du Technocentre Renault, nous sommes, ou plutôt nous devrions être, aux premières loges de la réflexion sur les nouveaux types de mobilité. Au cœur de notre territoire, la marque au losange vient de lancer une expérience de service dit d’autopartage avec son nouveau véhicule électrique « Twizy ». Le conseil municipal de Montigny a même été invité à se prononcer sur les tarifs de location de l’espace public pour le stationnement véhicules. 

Notre groupe a profité de l’occasion pour tenter de lancer un débat sur les modes de déplacements alternatifs à la voiture individuelle. La majorité municipale n’a pas souhaité saisir cette occasion et le Maire, M. Michel LAUGIER nous a fait comprendre son scepticisme devant l’expérimentation menée par Renault et appuyée par M. Michel LAUGIER, Vice-Président de l’agglomération en charge des transports, nous expliquant que l’agglomération et la ville en observeraient, avec attention, les résultats. 

Pourtant, nous savons bien que nos déplacements actuels, fortement tributaires de véhicules dont nous sommes propriétaires, pesant 1 tonne et consommant rarement moins de 6 litres aux100 km n’ont pas d’avenir dans la société post-pétrole qu’il nous faut préparer. 

Marche à pied et vélo nous permettent de nous déplacer dans le cadre du quartier et de la commune, les transports en commun apportent une partie de la solution pour les déplacements dans le cadre de l’agglomération, vers Paris et entre grandes villes. Mais ces derniers ne sont pas adaptés à tous les trajets et n’offrent pas la flexibilité souhaitée pour tous les déplacements. L’autopartage représenterait donc une des solutions alternatives qu’il est nécessaire d’explorer : au lieu de posséder chacun un véhicule, je fais appel, quand j’en ai besoin, à un véhicule adapté à mon déplacement et peu émissif. 

En l’occurrence, l’expérimentation proposée par Renault ne répond pas à cette demande puisque le véhicule choisi, entre un scooter caréné et une mini automobile, ne présente aucun des avantages des deux types de véhicule mais en combine les inconvénients, il ne répond donc pas au besoin. 

Le choix de la propulsion électrique pourrait être judicieux si la logique était poussée jusqu’au bout avec des stations de recharge électrique disséminées sur le territoire et une production d’électricité locale propre et renouvelable pour les alimenter. Ce n’est pas le cas, les véhicules sont transportés sur un camion pour être rechargés dans un dépôt situé dans une ville voisine avec l’électricité du réseau classique. 

Renault et PSA seront-ils les nouveaux opérateurs de mobilité ? Précurseurs d’une économie de fonctionnalité dans les déplacements comme des fabricants de photocopieurs l’ont été dans le domaine de la reprographie. Il est permis de rêver mais il faudra, pour que ce rêve devienne réalité, que les responsables politiques s'emparent du sujet pour construire avec les citoyens les services publics innovants dont ils ont besoin. Ce sera ensuite aux industries de s'adapter.

[La tribune de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble" parue dans le numéro de septembre 2012 de l'Ignymontain]

7 commentaires:

  1. Merci Jean-Luc pour cet article, c’est un débat à poursuivre
    J’ai plusieurs remarques :
    - C’est vrai que PSA est un gros employeur national et construit plus de véhicules dans l’hexagone que Renault. Ils méritent notre soutien comme indiqué au début de l’article.

    - Mais PSA a fait de lourdes erreurs de stratégie industrielle, en particulier en investissant dans le tout diesel assez tôt. Ce carburant a été déclaré cette fois-ci officiellement par l’OMS cancérigène à presque 100% de certitude (mais on a les éléments scientifiques depuis plus de dix ans), et l’Etat français toujours aussi imbécile et aveugle dans sa stratégie de soutien aux automobiles françaises, continue de soutenir ce carburant au travers d’une fiscalité avantageuse et de « primes écologiques » ridicules sur les véhicules neufs (qui permettent de subventionner le cancer du poumon du non-fumeur et certaines maladies cardiovasculaires qui seront à la charge de la Sécu, voir les rapports de l’OMS). Or quel choix a fait PSA pour sa première hybride ? Le diesel !

    - Je suis donc favorable à toutes les expériences anti-particules qui permettent de respirer, et twizy en fait partie.. Le système a des défauts certes (l’histoire du camion qui les ramène à Buc), mais il évoluera certainement vers du plus rationnel. Velib aussi a eu des ratés au départ avant de converger vers un système qui s’est adapté aux besoins.

    - Les stations de recharge (même avec de l’électricité renouvelable) diminueraient la souplesse d’utilisation (c’est ce qui a condamné la 1ère expérience de véhicules électriques à la gare de stQY) et donc je pense qu’il faut pouvoir continuer l’expérimentation où l’on peut laisser le véhicule là où ça nous arrange. J’ai vu ces véhicules rouler sur la route de Saclay, et je pense que des salariés ont adopté l’idée de le recharger sur le lieu de travail, ce qui n’est pas interdit. Hier, à Versailles, j’ai vu une dame sortir sa rallonge de sa fenêtre pour recharger la twizy garée sur le trottoir. Ce genre de comportement diminue sûrement le nombre de ramassages par camion, c’est positif.

    - Une piste très intéressante serait de combiner les deux modes d’utilisation (libre ou laisser le véhicule à une borne de recharge publique), et voir si des microinstallations éoliennes (il existe de petites éoliennes discrètes) pourraient alimenter ces stations de recharge. Notre plateau est venteux…


    François

    (A ceux qui ont des responsabilités au PS et qui voient les ministres et députés ou des responsables divers, vous pouvez leur dire d’arrêter de subventionner les moteurs diesel avec de l’argent public et de prendre en compte l’avis de l’OMS. En plus les chiffres d’émission de CO2 pour ces moteurs sont faux et fournis par les seuls constructeurs… )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour François,

      Je pense moi aussi qu'il y a quelque chose d'intéressant à travers cette expérimentation mais aussi un arrière goût de logique incomplète et surtout pas totalement assumée. C'est le sens de mon abstention lors du conseil municipal.

      Je pense que l'auto partage est une solution (nous n'avons pas besoin d'avoir chacun notre voiture), je pense que le véhicule électrique alimenté par EnR est une solution (il suffit de 15 m2 = un toit de solaire PV pour alimenter une telle voiture pour 10 000 km par an).

      Par contre, je pense que la Twizy est davantage un véhicule de loisir (ouvert à tous les vent, pas ou peu de chargement possible) qu'un véhicule qui peut être utilisé pour remplacer une voiture particulière.

      J'espère que cet article suscitera le débat ...et que nous saurons d'ici 2014 alimenter d'autre débats pour intéresser les Ignymontains à la politique et travailler avec eux sur un véritable projet alternatif à celui de Laugier & co.

      Bon week end,

      Jean-Luc

      Supprimer
  2. Bonjour à tous,

    J'ai quelques réserves sur le discours anti-diésel,
    car les études auxquelles ont fait référence reposent sur les moteurs des année 90-2000,

    or suite à ces études les moteurs ont évolué vers moins de consommation et le pot catalytique s'est généralisé alors qu'il était confidentiel à l'époque,

    Ce n'est pas une panacée et il faut effectivement préparer l'ère post-pétrole, inventer des solutions alternatives, développer les transports en commun et les solutions permettant de diminuer les déplacements en particulier professionnels (co-voiturage, e-travail, etc...).

    Je suis sensibilisé au problème des particules étant moi-même asthmatique, et ayant des enfants asthmatiques, il faut bien entendu les réduire (les particules) mais il nous restera quand même les pollens ...

    Une piste de réflexion, pourrait être le coût des transports, je pense à la SNCF, dont les tarifs restent prohibitifs pour une famille de 4 personnes qui aura toujours intérêt à prendre la voiture plutôt que de prendre 4 billets de TGV ...

    à suivre

    Patrick

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je rebondis au scepticisme de Patrick, un scepticisme compréhensible puisqu’on a persuadé les clients français d’automobile que le diesel c’était mieux pour la planète (sic) pour le rejet de CO2. Merci à Borloo le ministre de l’environnement le plus stupide de la 5e république (conseillé au début par Nicolas Hulot).

      C’est tout l’inverse de ce que tu dis : il y a eu aggravation avec l’apparition des filtres, les diamètres des particules sont passés à l’échelle nanométrique alors qu’ils étaient à plus de 10 microns dans les années 90.

      Ces particules vont beaucoup plus loin dans les alvéoles pulmonaires. L’étude OMS relève cette aggravation liée aussi aux oxydes d’azote générés par des moteurs suroxygénés, pour consommer toujours moins.

      Et on ajoute d’autres nanoparticules dans le diesel aujourd’hui comme les billes d’oxyde de Cerium, un terre rare présent seulement dans les sous sols chinois et dont nous devenons dépendants. On a réussi à se débarrasser du Plomb additif de l’essence dans les années 80, mais discrètement on en rajoute de nouveaux additifs dans les carburants actuels sans étude poussée sur leur nocivité… Une des équipes de mon service travaille sur la toxicité du CeO2 (alors qu’on devrait d’abord commencer par là avant de mettre n’importe quoi dans le gasoil, non ?)

      Toi qui es comme moi pneumosensible (asthme), tu devrais vraiment te poser plus de questions sur les choix que tu as faits.

      Une petite pierre dans le jardin de Verts : c’est Dominique Voynet qui a mis en place une pastille verte (vous l’avez tous oubliée ? je l’ai encore sur mon pare-brise) dont ont été gratifiés les puissants turbo diesel grand émetteurs de fumée sortis après 1997. Certes catalysés, mais pas filtrés du tout. Et la loi sur la qualité de l’air ? L’ozone est produit par réaction photochimique sur le NO et NO2, essentiellement produits par le diesel et l’industrie. Les particules sont exclusivement produites par les moteurs diesel. Lorsque le seuil d’alerte ozone/ou NOx ou particules est atteint, que proposent les élus français trop accro au gasoil ? Baisser la vitesse de 20 km/h sur les routes ou le périph ! et conseiller aux personnes « fragiles » (entendez asthmatiques) , ou atteintes de maladies pulmonaires de rester chez elles le temps que ça passe !!! Cette loi, c’est aussi de l’époque Voynet.

      Supprimer
    2. Dans un monde civilisé normal, on demanderait plutôt aux pollueurs de rester chez eux, pour laisser les personnes « fragiles » libres de circuler et de courir à pied, non ? Non ?

      C’est le même scandale que l’amiante auquel on se prépare… gentiment… pour disons dans dix ou vingt ans. La France est une exception mondiale dans ce domaine. C’est le seul pays à rouler à 80% diesel (vente de voitures neuves). Et à payer une amende à l’Europe pour le taux de particules trop élevé dans nos agglomérations. Et tout ça uniquement pour des raisons fiscales. Mais quand stopperons-nous cette bêtise ? Aucun pays d’Europe ne met 25 cts de différence entre gasoil et essence. Pour l’amende payée à l’Europe, on doit continuer cette idiotie ? Une amende forfaitaire de 10 millions d’euros par an pour que les français puissent continuer à polluer leur air ?

      Help les socialistes au pouvoir, arrêtez de limiter le prix du gasoil à la pompe. C’est l’inverse qu’il faut faire, pour sortir de cette pollution de l’air.

      D’autres chercheurs ainsi que des cardiologues sont maintenant décidés à attaquer l’Etat. Le problème, c’est que nous manquons de soutien et d’organisation juridique, car la culture du diesel atteint absolument tous les foyers français. On a encouragé l’addiction au diesel. Pour en revenir au débat sur PSA, le lobby industriel français ne peut pas diminuer cette addiction, car il a investi beaucoup de recherche technologique dans cette motorisation. Alors il y a les emplois derrière. Et Arnaud Monte-bourde en plus…

      Pourtant, le chiffre sur lesquels les experts sont d’accord, c’est qu’il est responsable d’environ 42000 décès prématurés par an. Le diesel est une bonne solution pour équilibrer le régime des retraites… J

      Il y a pourtant très peu de substances classées « cancérogènes certains » par l’OMS…. Et nous l’acceptons comme un « progrès » technologique…



      François

      Supprimer
    3. Pour poursuivre le débat sur le diesel ...

      A terme, le sénateur écologiste prône l'interdiction complète de ce carburant.

      Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat, a demandé vendredi, jour d’ouverture de la conférence environnementale, qu’il soit, dans trois ans, interdit de circuler avec des voitures diesel dans les grandes villes.

      Sur Europe 1, l'élu de l’Essonne a approuvé la proposition en ce sens avancée par le député PS Jean-Marie Le Guen. «Il faut indiquer le cap, dans les trois ans, d’interdiction d’utilisation du diesel dans les grandes villes», a renchéri le sénateur écologiste. «Ce sont des mesures notamment européennes qui commencent à se mettre en place et nous, comme souvent, nous sommes à la traîne», a-t-il déploré.

      Faut-il carrément interdire ce carburant ? «A terme oui, bien sûr», a répondu le responsable d’Europe Ecologie-Les Verts. «Premièrement, il y a des niches fiscales qui favorisent le diesel dans notre pays et celles-là, il faut progressivement les supprimer. J’en ai parlé à Jérôme Cahuzac», ministre du Budget et «il n’a pas été très réceptif. Le débat parlementaire, j’espère, fera avancer la cause».

      Jean-Vincent Placé a aussi pointé «la fabrication par Peugeot - sans vouloir les accabler - de voitures hybrides diesel». Ce sont «deux messages contradictoires ! Ca devient ridicule».

      Supprimer
  3. Les écologistes ont désormais un discours clair sur le diesel!
    Merci à Jean-Vincent PLACE pour ces paroles courageuses! Voici ce qu'on peut lire dans Libé aujourd'hui: je suis très heureux de cette prise de position. Il dit également les mêmes choses que moi sur les choix absurdes de Peugeot en hybride.

    "A terme, le sénateur écologiste prône l'interdiction complète de ce carburant.

    Jean-Vincent Placé, président du groupe EELV au Sénat, a demandé vendredi, jour d’ouverture de la conférence environnementale, qu’il soit, dans trois ans, interdit de circuler avec des voitures diesel dans les grandes villes.

    Sur Europe 1, l'élu de l’Essonne a approuvé la proposition en ce sens avancée par le député PS Jean-Marie Le Guen. «Il faut indiquer le cap, dans les trois ans, d’interdiction d’utilisation du diesel dans les grandes villes», a renchéri le sénateur écologiste. «Ce sont des mesures notamment européennes qui commencent à se mettre en place et nous, comme souvent, nous sommes à la traîne», a-t-il déploré.

    Faut-il carrément interdire ce carburant ? «A terme oui, bien sûr», a répondu le responsable d’Europe Ecologie-Les Verts. «Premièrement, il y a des niches fiscales qui favorisent le diesel dans notre pays et celles-là, il faut progressivement les supprimer. J’en ai parlé à Jérôme Cahuzac», ministre du Budget et «il n’a pas été très réceptif. Le débat parlementaire, j’espère, fera avancer la cause».

    Jean-Vincent Placé a aussi pointé «la fabrication par Peugeot - sans vouloir les accabler - de voitures hybrides diesel». Ce sont «deux messages contradictoires ! Ca devient ridicule»."

    RépondreSupprimer