jeudi 3 janvier 2013

2013, une année de transition ?


Le début d’une année est souvent propice au bilan de celle qui vient de se terminer et aux vœux pour la nouvelle.

Meilleur souvenir

Si nous devions ne retenir qu’un seul évènement de 2012, dans le domaine qui nous concerne, c’est à dire dans celui de la politique, ce serait incontestablement : N. Sarkozy a été battu. Certes, cet évènement n’est pas suffisant à lui seul pour établir une société de justice, de droit et d’égalité. 
Mais c’était un point de passage obligé. Le symbole d’une droite arrogante, liberticide, antisociale a été mis en minorité.
Mais en dix ans de pouvoir discontinu, elle a implanté sa politique profondément dans la société française. Adhésion constante à l’idéologie du libéralisme financier, protection des plus riches, cadeaux aux rentiers, réduction du droit à la retraite, appauvrissement de l’état, cadeaux aux rentiers, … hélas la liste est longue.

Du côté de Montigny

Le bilan, c’est aussi un bilan municipal, surtout à une période où se vote le budget de la commune (17 décembre). Nous pourrions à cet effet, reprendre presque mot pour mot notre tribune de l’an passé. Toujours la même autosatisfaction : ce que fait Montigny est bien, il n’y a pas de meilleure gestion qu’à Montigny.
Le « débat  » d’orientation budgétaire qui doit précéder le vote du budget n’ayant consisté qu’en l’énoncé de quelques considérations sur les recettes attendues et sur la fiscalité, il est difficile de savoir précisément quelle politique entend être menée sur la ville.
Tout juste aperçoit-on, sur un document annexe, que les écoles privées seront subventionnées à hauteur d’environ 60 000 euros pendant que les associations de parents d’élèves bénéficieront ensemble de 460 euros (même pas de quoi acheter un timbre par adhérent).
Par une autre délibération, le budget communal apportera 5000 euros par an, pour une entreprise dite de soutien scolaire (privée bien sûr) déguisée en association. 
La majorité municipale préfère la privatisation de l’enseignement.

Se loger à Montigny

Si l’on ne dispose pas d’un bon salaire, il n’est pas aisé de se loger à Montigny. Hélas, cela ne risque pas de s’améliorer avec la politique de la municipalité. Il a fallu l’intervention de l’état, par l’action du préfet, pour faire passer le nombre de logements à construire sur Montigny de 1161 à 1366 sur les cinq ans à venir (plan local de l’habitat 2 modifié). 

Le changement climatique à Montigny

Le sommet de Doha sur le climat a accouché d’une souris : prorogation des accords de Kyoto jusqu’en 2020, lesquels consistent à ne réduire que de 15% les émissions des gaz à effet de serre émis par l’humanité.
A l’occasion du vote du budget 2013, la municipalité nous a montré une fois de plus son manque de vision à long terme, se contentant de dérouler de manière constante et imperturbable quelques généralités, sans prendre en compte les mesures qui s’imposent face aux urgences climatiques et énergétiques.
Ainsi, avec un patrimoine en locaux scolaires aujourd’hui surdimensionné, héritage de la Ville Nouvelle, la commune devrait mener une réflexion visant à l’adaptation de ce patrimoine à l’évolution démographique de la commune.
Certes, alors que nous le demandions depuis le début de ce mandat, la municipalité envisage en 2013 de lancer une étude qui devrait lui permettre de se doter d’un plan pluri annuel de rénovation, en particulier énergétique, de son patrimoine. Mais les efforts de rénovation seront-ils à la hauteur des enjeux ?
Le Schéma Régional Climat Air Energie, sur lequel le conseil municipal s’est prononcé favorablement en novembre dernier, préconise que les collectivités rénovent leur patrimoine à un rythme annuel de 4%. Qu’en sera-t-il à Montigny ?

Pour avoir une bonne année 2013

En ce début d’année 2013, nous adressons à chacun et à chacune nos voeux de réussite personnelle, et de bonheur. 
Vivre mieux, tous ensemble, sans exclusion, en préparant l’avenir pour les générations qui nous suivent, n’est-ce pas ce que nous pouvons espérer de mieux pour cette année 2013 ? Un travail pour tous, un revenu décent qui permette de vivre sans manquer du nécessaire, un logement, des soins accessibles, des loisirs, … Toutes choses qui ne viendront ni spontanément, ni d’un seul coup. Il faudra pour cela faire fonctionner la démocratie à plein régime. Et  aucune démocratie ne peut fonctionner sans l’implication  et l’engagement des citoyens.
Comme l’écrivait Victor Hugo : « Ceux qui vivent sont ceux  qui luttent, les autres je les plains ».

[La tribune de nos élus du groupe "Construire l'avenir ensemble" parue dans le numéro de janvier 2013 de l'Ignymontain]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire