mercredi 1 juillet 2015

Ouvrons les yeux sur ces fermetures !

De nouvelles fermetures de commerces


Ces dernières semaines, trois boulangeries ont fermé à Montigny : Sourderie, Prés et Mare Caillon. Cet épisode vient s'ajouter aux problèmes rencontrés sur le quartier des Prés, avec la supérette dont le maire nous annonce perpétuellement une réouverture qui n'en finit pas de venir ; ou sur le centre-ville, avec Bricorama et surtout SQY Ouest, devenu une annexe d'équipement public.

Plutôt que de rejeter systématiquement la faute sur les autres, selon les cas le secteur privé ou l'Etat, comme le fait la majorité municipale, nous considérons que l'économie, en particulier le petit commerce, doit faire l'objet de toute l'attention des acteurs politiques d'un territoire. Il est surprenant d'observer combien le président de la CASQY fait du développement économique son cheval de bataille, alors que, maire de Montigny, il explique ne rien pouvoir faire pour les acteurs économiques de proximité.

Alors que faire ?


Nous avons émis depuis le début du mandat deux propositions. D'une part, recruter un manager du commerce, qui soit chargé de rencontrer régulièrement les commerçants, de connaître leurs fragilités et d'étudier chacune de leurs demandes, d'en rechercher de nouveaux, et d’anticiper leurs départs (à la retraite par exemple). Cela ne réglera pas tout, mais peut-être aurait-on pu connaître les difficultés conduisant à cette triple fermeture suffisamment en amont pour pouvoir intervenir.

D'autre part, se donner des moyens concrets d'intervenir. La municipalité pourrait se rendre propriétaire des murs d'un commerce, et aménager les loyers dans une perspective d'investissement à long terme, comme seuls peuvent encore le faire les acteurs publics dans un contexte économique incertain. La municipalité peut aussi mettre en place un droit de préemption sur les baux commerciaux afin de favoriser l'implantation d'un type de commerce en fonction des priorités.

Quels commerces voulons-nous pour notre ville ?


Bien évidemment, il serait intéressant d'étudier ce que font d'autres villes sur ces sujets et comment le commerce de proximité prospère ailleurs. Impliquer les Ignymontains dans cette réflexion nous semble aussi nécessaire. Le commerce de proximité est un lieu d'animation, de rencontres et de confort de vie. A nous, Ignymontains de l'encourager, tout comme le nouveau marché de la Sourderie mérite d'être soutenu par une fréquentation plus importante.

Nous considérons que la fermeture définitive ou prolongée des commerces sur notre territoire n'est pas une fatalité. Comme la fermeture des gymnases l'été n'est pas une obligation. Montigny ne doit pas se spécialiser dans les fermetures : fermetures de commerces, fermetures de gymnases et demain - qui sait ? -, fermetures d'équipements culturels ? … Mais ce sera le thème d'une prochaine tribune !

En attendant, nous vous souhaitons un bel été, riche… en ouverture !


Pour les élus de « Montigny à venir », Vivien Gasq et Jean-Luc Manceau

[La tribune de nos élus du groupe "Montigny à venir" à paraître dans le numéro de juillet 2015 de l'Ignymontain]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire