lundi 14 septembre 2015

La tribune des conseillers communautaires de gauche dans SQYMAG de septembre

La loi sur la nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) a été définitivement votée. Nous avons désormais les éléments pour préparer l’élargissement de la future agglomération. Où en sommes-nous sur Saint-Quentin-en-Yvelines ? 

Le chemin à parcourir d’ici janvier 2016 est encore long et semé d'embûches ; les éléments à notre disposition ne nous incitent guère à l’optimisme : les dernières décisions prises montrent clairement un manque de cohérence et d’anticipation ainsi qu’un manque de concertation avec les quatre villes de gauche de l’agglomération. 
Un exemple : le développement économique devient une compétence obligatoire pleine et entière pour les communautés d’agglomération. Elles auront, à ce titre, la charge de la promotion du tourisme et la création d’offices de tourisme. 
Que décide dans le même temps le vice-président, M. Fourgous, en charge de ce secteur à la CASQY ? La fermeture, de manière unilatérale de l’office du tourisme de Saint-Quentin ! 
De la même façon, la fusion annoncée de la maison de l’entreprise et de la maison de l’emploi parait une opération confuse répondant plutôt à des obsessions idéologiques de la part du vice-président, qui n’a jamais eu l’air de bien vouloir comprendre les missions qui étaient celles de la maison de l’emploi. 
Enfin la vision dogmatique et passéiste de ce même vice-président concernant le développement économique, sa méconnaissance d’un secteur particulièrement prometteur comme celui de l’ESS nous inquiètent au moment où nous devons poser collectivement le contenu et les contours des politiques qu’il faudra mener sur notre territoire. 
Il est donc urgent de travailler ensemble, dans un esprit de consensus sur plusieurs points : se préparer à prendre en charge les compétences obligatoires nouvelles comme les ordures ménagères, définir le contenu des compétences optionnelles, et, préalable à toute réflexion, se mettre d’accord sur la définition de ce qui est « d’intérêt communautaire ». 
Quels critères doivent être retenus pour considérer qu’un équipement est d’intérêt communautaire (donc pris en charge par l’intercommunalité) ou communal (pris en charge sur le budget de la commune) ? 
Cette question est essentielle pour ne pas créer des situations d’inégalités ou d’injustices entre nos communes, préjudiciables aux habitants. Nous serons particulièrement vigilants à ce qu’aucune commune ne soit discriminée à l’issue de ce travail. 

Nous profitons de cette tribune pour demander une fois encore que le budget supplémentaire soit l’occasion de revenir sur des choix budgétaires néfastes pour le territoire. Ainsi, la baisse drastique des financements de la CASQY en direction de la Mission locale pénalise gravement la structure, au moment ou l’Etat prévoit un renforcement de ses missions. L’agglomération doit rester un partenaire crédible. Nous demandons le rétablissement des dotations de l’agglomération en direction de la Mission locale.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire