vendredi 30 septembre 2016

Tous concernés !

Il y a quelques jours, plusieurs milliers de citoyens manifestaient à Bruxelles leur désaccord contre le « TAFTA », le traité de libre-échange entre l'Union européenne et les Etats-Unis. Nous avons proposé que le Conseil municipal débatte de l’impact de ce traité sur notre commune et ses habitants, et décrète symboliquement Montigny « hors TAFTA ».

Le Maire a refusé de l’inscrire à l’ordre du jour au motif « qu’il considère que ce sujet ne relève pas d'enjeux locaux. L’usage à Montigny est de ne débattre en conseil que de ce qui relève des compétences de ce dernier. » Ce refus empêche encore une fois l’instance municipale démocratiquement élue par les Ignymontains de débattre de réelles questions de fond.

Ce projet de traité est en effet de nature à bouleverser les règles environnementales, sociales et sanitaires en vigueur, en particulier au niveau des marchés publics. Notre commune serait donc touchée par un tel accord s'il devait être ratifié.

Des exemples ?

Depuis les différents scandales de ces dernières décennies, l’alimentation est encadrée en Europe, en France en particulier, de plus en plus sévèrement de manière à ce que les consommateurs soient informés de ce qu’ils mangent. Avec TAFTA, des entreprises de l’agro-business américain pourraient imposer en France des viandes industrielles peu recommandables. Les enfants des cantines de Montigny seraient alors directement concernés.

Autre exemple : dans leurs appels d’offres, les collectivités peuvent actuellement insérer des clauses sociales et environnementales pour choisir leur fournisseur suivant des critères qualitatifs, humains et environnementaux, et pas seulement de prix. Avec TAFTA, une entreprise américaine pourrait s’estimer lésée et attaquer une collectivité devant un tribunal d’arbitrage commercial si un concurrent mieux disant sur le plan social et environnemental l’empêchait d’accéder au marché. Là aussi, Montigny n’aurait plus d’autre choix que de se plier à cette « loi du plus fort ».

Notre initiative visait à affirmer que notre collectivité ne souhaite pas entrer dans un jeu uniquement dominé par le commerce. Nous souhaitions réaffirmer la prééminence de la politique sur le commerce, c’est-à-dire faire le choix du long terme au lieu du court terme, le choix de la protection et donc de la sécurité des plus fragiles. Le Maire a refusé le débat, nous en prenons acte.

Les élus de « Montigny à venir » : Vivien Gasq, Agnès Tanguy, Agathe Viard et Jean-Luc Manceau

Pour nous contacter : montignyavenir78@gmail.com

[La tribune de nos élus du groupe "Montigny à venir" à paraître dans le numéro d'octobre 2016 de l'Ignymontain]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire