dimanche 27 novembre 2016

Bergson : nouvel épisode, nouvelle occasion manquée

On n'a pas fini de parler de Bergson, le « projet phare » du mandat de l'équipe Laugier, avec ses différentes facettes et son budget de 15,5 M€. Nous expliquions dans une précédente tribune l'arrangement « limite » avec la CASQY : terrain acquis pour l'euro symbolique et revendu pour 5 millions. Nous regrettions aussi l'incohérence avec la suppression de la desserte vélo qui était prévue sur l'avenue Kessel.

Plus récemment, nous avons découvert le cahier des charges des nouvelles constructions. Tout d'abord, il s'agira d'un espace clos. L'époque est révolue où l'on pouvait déambuler tranquillement dans la ville dans des rues et des sentes ouvertes au public. Désormais, sécurité oblige, des grilles s'érigent un peu partout et l'espace public se restreint, répondant, paraît-il, à la demande des acheteurs.

Autre mauvaise surprise : les spécifications énergétiques des logements s'avèrent décevantes. Après une déclaration d'intention encourageante, « le maître d'ouvrage vise à développer des opérations exemplaires respectueuses de l'environnement », la réalité est plus modeste avec une demande à peine plus exigeante que la réglementation thermique… de 2012. Pourtant, ces logements sortiront de terre en 2020, et nous savons qu’une nouvelle réglementation répondra à l'objectif de l'accord de Paris sur le climat et tiendra compte des enjeux énergétiques et climatiques rappelés dans la loi de transition énergétique, en s’inspirant du label énergie-carbone.

Cette opération aurait aussi pu être l’occasion de réfléchir à un chauffage commun pour les 4 îlots et l’équipement municipal, voire de l’étendre à des bâtiments voisins. Restreindre la réflexion à un système de chauffage par lot n'est pas complètement satisfaisant. Enfin, en matière d’énergie renouvelable, il n'y a pas d'autre ambition que d'en rester à la timidité du PLUI.

Une fois encore, les décisions prises par la majorité municipale font mentir le slogan « SQY : terre d'innovation ». « Montigny, le minimum légal » serait plus adapté… pas très cohérent avec la bonne santé financière affichée par la commune, heureux héritage d'un passé où la CASQY finançait les investissements, et qu’à Montigny la majorité veut prolonger par des artifices dont l’actuel président de SQY a avoué lors d’un récent conseil communautaire qu’ils ne se reproduiraient pas.

Les élus de « Montigny à venir » : Vivien Gasq, Agathe Viard, Jean-Luc Manceau et Issam El Bakkali
Pour nous contacter : montignyavenir78@gmail.com

[La tribune de nos élus du groupe "Montigny à venir" à paraître dans le numéro de décembre 2016 de l'Ignymontain]

Aucun commentaire:

Publier un commentaire