jeudi 1 février 2018

Linky or not Linky ?



Au cœur du débat actuel sur les remplacements de nos compteurs électriques par des compteurs communicants "Linky", nous avons reçu une proposition de pétition accessible ici : https://www.unepetition.fr/non-au-compteur-linky

Afin que chaque Ignymontain puisse se faire sa propre idée de la dangerosité ou non de ces nouveaux compteurs, ACiMA, organisation citoyenne, vous propose quelques liens :

- Stop ! Linky, non merci ! publié par un Collectif rassemblant l’ensemble des groupes FaceBook et organisations sensibles aux conséquences du brouillard électro-magnétique sur notre santé et au contrôle à distance de dispositifs et appareillages situés à l’intérieur même des habitations

- Pourquoi refuser l'installation du compteur Linky ? publié par le Collectif Anti Linky de Saint Quentin en Yvelines

- Faut-il avoir peur de Linky ? publié par 60 millions de consommateurs

- Compteurs Linky Dangereux ou pas ? publié par Que choisir



5 commentaires:

  1. L'UFC Que Choisir met en avant une pétition visant, non à refuser les nouveaux compteurs Linky, mais :
    "Alors que la Cour des comptes pointe un surcoût de 500 millions d’euros au profit d’Enedis, nous demandons aux autorités publiques (État, Commission de régulation de l’énergie) d’intervenir pour :
    • améliorer le dispositif, particulièrement au niveau de l’information des usagers sur leur consommation, pour en faire un véritable outil de maîtrise de la consommation énergétique ;
    • revoir les conditions de financement du compteur, et notamment les conditions de rémunération d’Enedis."
    Cette pétition est accessible à l'adresse :
    https://www.quechoisir.org/action-ufc-que-choisir-linky-refusons-de-payer-pour-enedis-n52364/?utm_medium=email&utm_source=nlh&utm_campaign=nlh180308

    RépondreSupprimer
  2. 1) Enedis affirme que Linky est nécessaire pour équilibrer son réseau compte tenu de productions d'électricité localisées. Pour ce faire, inutile de mettre un Linky chez chaque usager, en mettre un (ou équivalent) au niveau du transformateur local de quartier ou d'immeuble suffit largement; dans cette hypothèse le coût de déploiement est divisé par 100 ! Comme ce coût sera supporté par tous les usagers sous forme de taxe ou d'impôt, il faut refuser le Linky chez l'usager.
    2) Enedis veut mettre en place une tarification à 10 vitesses voire plus grâce au Linky chez l'usager. Le but de cette tarification complexe est de CONTRAINDRE l'usager à consommer le moins possible durant les pointes de consommation (journalières de midi et soir, hivernales à cause du chauffage électrique, estivales à cause des climatiseurs). Cet objectif d'Enedis résulte du fait que le parc nucléaire qui produit environ 75% de l'électricité n'est pas modulable: on ne sait pas réguler la puissance d'un réacteur nucléaire comme celle d'un chauffage gaz par exemple. Du coup, il faut soit acheter l'électricité chez les voisins européens soit démarrer des centrales thermiques classiques, ce qui coûte plus cher. Mais la bonne solution n'est pas de garder notre production électro-nucléaire longtemps; la solution c'est de développer les énergies renouvelables (éolien, photovoltaïque, solaire thermique, ...) rapidement. En effet l'éolien produit lors des grands froids liés à des vents forts; de même le photovoltaïque produit au moment des pointes de midi et d'été. Il faut en parallèle investir dans les systèmes de stockage de l'énergie pour lisser les variations; c'est ce qui est déjà fait partiellement avec les réacteurs nucléaires qui relèvent l'eau des barrages la nuit. Donc refuser le compteur Linky, c'est encourager à la transition énergétique vers les renouvelables.
    3) Enedis ne se cache pas de vouloir devenir un géant du Big-data en récupérant le détail à la demi-heure près voire moins de nos consommations électriques instantanées. Ce faisant il sait à quelles heure on se lève, se couche, si on se relève la nuit, quels genre d'appareils électriques nous utilisons, etc ... Une véritable intrusion dans notre vie privée ... à refuser, évidemment.

    RépondreSupprimer
  3. La Commission de régulation de l’énergie prend la défense de Linky
    Pour l’instance de régulation, le financement du compteur électrique communicant Linky sera « neutre » pour les particuliers, contrairement à ce qu’affirme une pétition de l’UFC-Que choisir.

    Le Monde.fr avec AFP | 09.03.2018 à 20h19 • Mis à jour le 09.03.2018 à 20h48

    La Commission de régulation de l’énergie (CRE) a pris la défense du compteur électrique communicant Linky, vendredi 9 mars, soulignant que son financement sera « neutre » pour les particuliers, au lendemain de lancement d’une pétition par l’UFC-Que choisir. Vendredi en début de soirée, elle avait reçu plus de 89 000 signatures.

    L’association de défense des consommateurs affirme dans sa pétition que « [les particuliers vont] payer 15 euros par an pendant dix ans pour permettre à Enedis d’installer un compteur communicant pour lequel [ils n’auront] aucune contrepartie ».

    Une affirmation que dément la Commission de régulation de l’Energie dans un communiqué :

    « Sur le coût de ce projet, le président de la CRE [Jean-François Carenco] élève le ton pour rappeler que son financement sera totalement neutre pour les clients grâce aux nombreux gains que ces compteurs permettront, notamment pour maîtriser la demande d’énergie. »
    Les compteurs Linky « rendent possible la réduction de la consommation d’énergie, le développement de nouveaux services énergétiques, l’émergence de nouveaux acteurs et l’optimisation des coûts des réseaux et de leur performance », assure la CRE.

    La Cour des comptes avait dénoncé le coût de Linky
    Une affirmation que la Cour des comptes, dans un rapport publié en février, nuançait très largement :

    « Les gains que les compteurs peuvent apporter au consommateur sont encore insuffisants. Ce sont pourtant eux qui justifient l’importance de l’investissement réalisé. »
    Autre pomme de discorde, pour l’UFC-Que choisir : « Les conditions de financement du compteur, et notamment les conditions de rémunération d’Enedis. » L’association de consommateurs s’appuie de nouveau sur le rapport de la haute juridiction financière, qui avait estimé que « les conditions de rémunérations d’Enedis sont généreuses et devraient être revues ».

    Le déploiement des compteurs est en effet assuré par Enedis pour un coût de plus de 5 milliards d’euros entre 2014 et 2024. Pour ne pas faire peser cette somme sur les particuliers, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a mis en place un système de tarif différé. Enedis a avancé l’argent, et sera remboursé avec intérêts au moment où le programme portera ses fruits, à partir de 2021, dans la facture des consommateurs. Mais en analysant la construction de ce tarif, la Cour des comptes estime qu’il permettra à Enedis d’empocher au passage près de 500 millions d’euros.

    La CRE et Enedis avaient contesté ces conclusions et accusent la cour de faire « une analyse erronée » en négligeant les bénéfices apportés par les compteurs lorsqu’ils seront installés.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour,

    Depuis des années que Linky est un sujet de débat, j'essaie de comprendre ce qui doit nous inquiéter et je n'y parviens pas. Je précise que je ne suis pas un troll d'ENEDIS-ERDF-EDF, je suis inscrit sur une liste de discussion écologiste depuis de nombreuses années, et c'est la première fois que j'interviens sur ce sujet. C'est plutôt un appel à l'aide.
    Voila, je trouve très dommage que même sur cette liste, il n'y ai pas plus d'effort de vulgarisation de la part de ceux qui s'expriment sur ce sujet pour expliquer techniquement et clairement quels sont les risques pour les usagers, et pour la société en générale.

    En l'état, j'ai cru comprendre qu'il y avait 2 risque majeurs :
    1/ Un risque de santé des usagers a cause des ondes électromagnétiques (75 Khz) qu'émet linky dans le câble d'alimentation (transmission par courant porteur, comme le signal qui déclenche les ballons d'eau chaude alimenté en heures creuses) pour effectuer une télé-relève quotidienne du fichier 10 minutes.
    2/ Un risque d'espionnage à la façon "big brother" qui permettrait d'ostraciser des comportements d'ordre privée de la part des consommateurs d'électricité.

    Pour le point n°1, je suis un peu perdu, parce que j'ai le sentiment que les ondes électromagnétique des stations de radio, des réseaux de téléphonie mobile, des postes WIFI et des téléphones portables présentent une densité d'énergie reçue par notre organisme (quand nous sommes à la maison, proche de linky) bien plus considérable que le CPL de Linky. Ca laisse un sentiment d'être un fumeur qui consomme 2 paquets par jour, et qui proteste parce que son compteur électrique fume devant lui une cigarette et l'accuse de tabagisme passif ? Est ce que je me trompe sur les ordres de grandeurs ? Y a t'il une étude technique documentée que l'un d'entre nous aurait lu et compris et qui donne un avis sur cette question?

    Pour le point n°2, là également je suis surpris. Nos cartes bleues, téléphones portables, pass navigo, et navigations sur internet disent une masse de choses bien plus considérable sur nos comportements. Et de manière très assumée, les big data de google, facebook et autres "big brother" du net servent déjà très largement à faire du commerce de nos données privées. Ma consommation est déjà épluchée sous toutes ses formes, et n'allez pas penser que j'aime ça. En quoi le fait de laisser penser ENEDIS que j'ai allumé la lumière des WC (à moins qu'il ne s'agisse d'un chat qui soit passé devant le détecteur de présence devant la porte d'entrée) entre 2h30 et 2h40 du matin puisse rajouter à ce stress de l'observation permanente?

    Par contre, depuis que j'ai linky, je dispose sur mon PC de ma courbe de charge, avec un pointage toutes les 10 minutes. Même si ma consommation d'électricité vient d'ENERCOOP, je sais bien que les électrons d'EnR ne sont pas injectés par ENERCOOP au moment ou je les consomme. Et grâce au relevé de linky couplé avec le mix énergétique en temps réel fourni par RTE, je suis plus à même d'adapter ma courbe de charge de manière à ce qu'elle évite les périodes d'appel d'énergie fossile.

    Et plus largement, les vendeurs d'électricité sont maintenant en mesure de valoriser les comportements les plus vertueux qui consomment quand l'équilibre offre/demande est le moins tendue. Cf les offres Week End de quelques opérateurs. Et à mon sens, ce point pourrait permettre d'aider largement à intégrer plus d'EnR et réduire l'apport du fossile/nucléaire dans le mix électrique du réseau. ==> Aider à nous réapprendre à consommer quant à la nature fournie de l'électricité, et pas uniquement selon nos caprices compulsifs.

    Bref, je crois que nous sommes nombreux à vouloir mieux comprendre, et les passions déchainées dans ce débat gênent beaucoup pour y voir clair.
    Si vous avez des éléments de réponse, je suis preneur.

    Olivier

    RépondreSupprimer
  5. 1) Mettre un Linky uniquement au niveau du transformateur local de quartier ou d'immeuble, divise la facture globale par 100. Nous citoyens paieront ces frais, autant les diminuer autant que possible. Et cette connaissance de la conso/prod à ce niveau est largement suffisante pour bien équilibrer le réseau.
    2) Le Linky cache la forêt de 10 tarifs voire plus, chacun de ces tarifs ayant pour objet de contraindre financièrement l'usager à limiter sa conso en heures de pointe. Pourquoi cela ? parce que les réacteurs nucléaires sont très peu modulables en puissance d'une part, parce que EDF lui même a incité les usagers au chauffage électrique ou à la climatisation.
    Pour y remédier intelligemment, utiliser davantage les éoliennes qui lissent bien les pointes d'hiver (car elles fournissent quand vent et froid se conjuguent); utiliser davantage le photovoltaïque qui lisse bien les pointes d'été (soleil et canicule = climatiseur en marche); inciter les gens à isoler logements et bureaux fortement. Donc, la priorité ce n'est pas le système de mesure modernisé mais les actions de fond intelligentes.
    3) Supprimer tout relevé de la courbe de charge usager, extrêmement intrusive: des logiciels d'analyse fine existent déjà ! marre d'être tracés pour tout !
    4) Comment peut on avoir confiance dans un instrument de relevé de notre consommation qui est paramétrable à distance et à notre insu ?
    5) Si Linky avait voulu réellement être intelligent pour l'usager, il aurait embarqué un mini serveur http interrogeable très simplement par notre navigateur préféré (sur mobile, tablette ou ordinateur); il aurait également prévu 2 sorties, l'une toujours alimentée, l'autre coupée en période de pointe. Ainsi nous aurions disposé d'une fonction délestage intégrée au Linky; de plus grâce à la liaison http nous aurions même pu commander la sortie pouvant être coupée.
    Cette rapide analyse montre bien que ce Linky est vraiment "pauvre" en possibilités intéressantes pour l'usager; c'est pourquoi il faut le refuser fermement.

    Lettre type de refus sur: www.calsqy.fr

    RépondreSupprimer