dimanche 3 février 2019

Opinion libre : "Montigny réhabilite ses logements sociaux …"

ACiMA a décidé de publier sur son site sous la seule responsabilité de leurs auteurs un certain nombre d'articles susceptibles de faire naître une réflexion voire un débat sur des thèmes proches de nos idées. Ces articles portent tous le titre "Opinion libre".

Montigny réhabilite ses logements sociaux …
En feuilletant le numéro de décembre de "l’ignymontain", vous n’avez pas pu passer à côté de la double page concernant la réhabilitation des logements sociaux de la ville. 
En lisant cet article, nous nous apercevons que la mairie a énormément œuvré pour que ces chantiers démarrent. 
Étant résident, depuis 1985, d’un immeuble de l’allée des Epines, je ne peux qu'affirmer que le chantier a bien commencé. Par contre il faut habiter ces logements pour mieux comprendre le quotidien des habitants concernés.

Lorsque la mairie annonce le coût de 6 millions d’euros pour 173 logements, et glorifie l’effort consenti par le bailleur (CDC Habitat ex Osica), je pense qu'il faut revenir à l’historique de ces immeubles. Ces immeubles datent de la fin des années soixante-dix. Cela fait maintenant 33 ans que j’y réside avec ma famille. Quels travaux ont été réalisés pendant ces décennies ? Nous avons eu droit, il y a plus de 20 ans, à un rafraîchissement des murs extérieurs par un simple coup de peinture. Entre temps, des morceaux de béton tombaient par ci par là et laissaient apparaître les ferrures du béton armé. Les trous étaient rebouchés sans même être repeints. Le seul chantier « important » a été le changement des fenêtres en bois, par une huisserie en PVC avec double vitrage. Vous comprendrez qu'il devenait urgent de s’attaquer à des travaux d’envergure. 
La société GTM, filiale de Vinci a été chargée de ces travaux. Les résidents ont été conviés à deux réunions de présentation. Ce qui a été expliqué ne reflète pas du tout la vérité. Notre immeuble devait être terminé en novembre. A ce jour, seul l’extérieur d’une chambre est fini. Nous attendons toujours pour les murs extérieurs de l’autre chambre, de la cuisine et de la salle à manger. Les immeubles 11 et 13 ont toujours un échafaudage depuis le mois de mai. 
A l’intérieur, les trois pièces humides (cuisine, salle de bain et toilettes) sont refaites entièrement. Une semaine pour le changement de matériel (évier, baignoire, lavabo et cuvette) et mise aux normes de l’électricité, plus une semaine pour la peinture. Certains résidents se sont retrouvés à faire leur toilette dans l’évier durant deux semaines. Il se trouvent que les stocks commandés sont insuffisants. Nous n’avons toujours pas la colonne du lavabo, le mitigeur de l’évier est provisoire et les radiateurs sont arrivés avec dix jours de retard. 
Cela peut paraître insignifiant, mais lorsque vous avez une personne handicapée à domicile, vous entamez votre chemin de croix. Dans ce cas, vous avez droit à une douche, sous conditions … 
Vous devez faire intervenir un ergothérapeute afin qu'il détermine les besoins de la personne handicapée ; cent cinquante euros à votre charge. Ensuite l’architecte du projet de réhabilitation vient étudier le rapport pour voir la faisabilité. 
Dans notre cas, nous n’avons pas vu d’architecte avant les travaux et avons appris par GTM que les préconisations de l’ergothérapeute n’étaient pas suivies. Deux jours après l’envoi en recommandé d’un courrier au Médiateur du locataire, l’architecte et le superviseur des travaux pour Osica venaient étudier le problème. Pour eux il n’était pas possible de respecter ces préconisations. La douche installée se révèle, mais nous n’en doutions pas inexploitable par apport au handicap. L’architecte a eu l’insolence de me dire qu’une réhabilitation pour handicapé revenait plus cher que pour un valide. 
Nous frôlons la discrimination relative au handicap. 
Après trois courriers en recommandé, au Médiateur du locataire, à l'élue déléguée au Logement, qui nous a reçus, et à la C.N.L., nous avons eu gain de cause et la douche installée il y a deux mois va être remplacée par une douche suivant les préconisations de l’ergothérapeute. 
En conclusion, que ces immeubles soient réhabilités, c’est tout à fait normal, vu leur vétusté et il n’y a pas de quoi pour la mairie se féliciter de son implication. Par contre, avant de parler du meilleur cadre de vie que nous aurons, il me semble important et nécessaire que la mairie suive de plus près tous ces chantiers, afin de recadrer les bailleurs sociaux lors de leurs prochaines réunions.

Jean-Paul MORCILLO 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire